Start-up : quelles suites après le CES de Las Vegas ?
Perspectives
Start-up attitude

Start-up : quelles suites après le CES de Las Vegas ?

Trois des start-up lauréates du concours confient leurs projets et ambitions à la suite de leur participation au CES de Las Vegas, alors que la quatrième édition du concours French IoT touche à sa fin.

Le CES de Las Vegas est terminé ! Tout le monde est rentré chez soi avec plein de souvenirs en tête (et de cartes de visite dans les poches). Rideau sur la quatrième édition du concours French IoT… En théorie, oui, mais en pratique, les liens continueront à exister avec les quinze lauréats de cette promotion 2018/2019. D’autant que beaucoup sont revenus de la capitale mondiale du jeu avec plus de certitudes et d’ambition, peut-être, qu’ils n’en avaient en prenant l’avion à l’aller.

Trois d’entre eux nous ont ainsi confié leurs perspectives pour les mois à venir :

Start-up : Codesna

Innovation : une solution connectée permettant d’évaluer le risque de stress chronique de manière scientifique et rapide

Entretien : Marc Latouche, directeur général

« Le CES de Las Vegas a été très important pour nous car il nous a permis -et de manière très concluante- de valider le potentiel international et l’accroche marketing de notre innovation, qui s’articule autour de l’évaluation et de la gestion du stress chronique. Il nous a permis d’établir des contacts professionnels avec des interlocuteurs de très haut niveau, des USA, d’Asie -Japon notamment-, de pays nordiques, du Canada…

Participer au CES n’a pas changé nos projets 2019 mais a plutôt confirmé notre feuille de route et l’intérêt des entreprises pour des démarches de santé et d’amélioration de la performance en entreprise à destination des employés, ainsi que la capacité à mesurer et quantifier scientifiquement les progrès ainsi obtenus.

Nous avons désormais deux grosses échéances devant nous : suivre et faire aboutir les contacts obtenus à Las Vegas, notamment au niveau des clients potentiels et partenaires, et réaliser une levée de fonds courant 2019 pour financer le développement et embaucher des commerciaux.

L’objectif principal pour cette année reste de démontrer la scalabilité de notre business par les ventes et réussir notre levée de fonds pour accélérer notre développement. Le bonus, ce serait d’être en mesure de proposer dans notre solution de nouveaux capteurs, suite aux discussions avec les partenaires technologiques identifiés au CES. Cela pourrait être des capteurs au doigt de type oxymètre, des montres connectées fournissant un électrocardiogramme… Ces nouveaux devices permettraient d’accéder à de nouveaux segments et usages et ainsi augmenter la taille de notre marché adressable.

D’ici un an, l’idéal serait que Codesna soit une société reconnue pour son apport dans la prévention des risques liés au stress chronique, avec une présence à l’international ! »

Start-up : Moovency

Innovation : Kimea, qui permet d’évaluer les risques de troubles musculo-squelettiques sans investissement conséquent

Entretien : François Morin, co-fondateur

« L’effet levier du CES a été impressionnant. Il nous a amené de la visibilité et nous a permis de nous confronter à des industriels français et internationaux qui ont accueilli favorablement notre solution. Cette participation nous a aussi permis d’affiner notre discours et, donc, de progresser sur l’approche business. Côté technologie, nous avons pu tester et identifier des axes de progrès pour rendre nos mitaines connectées encore plus puissantes.

Nos projets 2019 s’en sont vus accélérés ! Je pense notamment à l’ouverture du marché à l’international, suite aux contacts établis au CES. Nous sommes aussi entrés, déjà, dans une nouvelle phase de R&D.

Les prochaines échéances pour Moovency sont la livraison de notre premier client dans les jours à venir et l’embauche d’un ergonome pour continuer les rencontres prospects. Nous avons de gros salons à Rennes en mars (CFIA) et en mai à Paris (Preventica). La priorité est en effet de consolider le marché en continuant de signer des clients. Nous allons également préparer une levée de fonds pour le début de l’été.

L’objectif principal en 2019 est la consolidation du marché et du modèle économique avec la signature des clients aussi bien sur la vente du logiciel Kimea -sous forme de licence- que sur la commercialisation de notre offre d’accompagnement en ergonomie. Le bonus serait d’avoir suffisamment de temps à dégager pour continuer à développer techniquement la solution afin de pouvoir s’ouvrir à d’autres secteurs. L’autre bonus serait un contrat à l’international…

Dans un an, nous espérons avoir une équipe consolidée avec un ou plusieurs ergonomes, une vingtaine de clients récurrents et un chiffre d’affaires de 200KE. Par ailleurs, nous ambitionnons de pouvoir annoncer des nouveautés technologiques, notamment sur la captation de dos ou devant des objets occultants. »

Start-up : Cortexia

Innovation : un système de mesure des déchets urbains de manière objective et automatique

Entretien : Andreas von Kaenel, co-fondateur

« La participation au CES nous a offert de nombreux nouveaux contacts intéressants et une ouverture sur de nouvelles applications. Côté enseignements, nous avons pu nous rendre compte des nouveaux champs d’application possibles de notre technologie.

La prochaine étape, pour 2019, sera l’ouverture d’un bureau en France et le développement du marché français -nous sommes une start-up suisse-, avec pour objectif de devenir une scale-up déployée aussi bien en Suisse qu’en France.

Le petit plus serait d’obtenir des collaborations avec de nouveaux partenaires sur des applications Smart Cities. A terme, d’ici un an, nous espérons être prêts à pénétrer les marchés allemand et britannique. »

Start-up : Posos

Innovation : une intelligence artificielle qui comprend et contextualise les questions sur les médicaments pour apporter des réponses personnalisées aux professionnels de santé

Entretien : Emmanuel Bilbault, cofondateur

« Nous sommes tous rentrés du CES boostés avec l’envie d’accélérer encore davantage en 2019. Réaliser autant de rencontres en quatre jours, c’est super ! Le plus frappant, c’est la bienveillance des participants qui partagent volontiers conseils, informations ou contacts pour aider à faire avancer vos projets. Nous avons donc déjà hâte d’y retourner l’année prochaine !

La prochaine étape pour Posos est de finaliser rapidement une version anglophone de l’outil et nouer de nouveaux partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques, des mutuelles et des sociétés de logiciels afin de permettre au plus grand nombre de professionnels de santé et de patients d’en bénéficier. »

Benjamin Hay – Illustration Pixabay.com

Partager