Quand les applis aident à suivre son traitement médical
Insights

Quand les applis aident à suivre son traitement médical

Enjeu de santé publique crucial, pointé du doigt par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dès 2003, l’observance thérapeutique constitue un des sujets sur lequel les laboratoires et les start-up du secteur de l’e-santé développent de nombreuses solutions.

Selon une étude d’IMS Health et du Cercle de réflexion de l’industrie pharmaceutique (CRIP), le taux d’observance thérapeutique se situerait, en France, autour de 40%. Un chiffre bas, qui recoupe les constatations faites au niveau mondial par l’OMS (en moyenne, un patient sur deux suit son traitement dans les pays développés) et dont les conséquences humaines ou financières restent importantes. Un traitement médical mal suivi génère une série de complications dont le coût est évalué à neuf milliards d’euros.

Forts de ce constat, de grands groupes du secteur (Novartis, Otsuka) se sont alliés avec la filiale santé de Google, Verily, autour d’un projet de plateforme de recrutement de patients pour des essais cliniques. Également associé à la firme américaine, Sanofi a créé le « 39bis », un laboratoire dédié à la santé connectée où il développe des solutions digitales en collaboration avec des start-up.

>>> Lire aussi : Dans le Nord, Eurasanté invente la santé de demain

Pilulier connecté et « gamification »

Les jeunes pousses françaises n’ont pas attendu ces rapprochements pour proposer des solutions fiables, facilitant l’amélioration de l’observance thérapeutique. Pionnier en la matière, Medissimo (lauréat de la première édition du programme French IoT) a conçu dès  2015 Medipac, un pilulier relié à une application de suivi de la prise du médicament. Adopté par plus de 1 000 pharmacies, la solution prévient le patient au moment de la prise et le relie aux aidants qui suivent l’évolution de son traitement. Autres applications présentes sur le marché, Medisafe ou DiabetoPartner (dédiée aux patients atteints de diabète) constituent des solutions tout aussi pertinentes.

Au cœur des enjeux de l’observance, les maladies chroniques comme le diabète ou l’asthme sont particulièrement concernées. Toujours selon les statistiques publiées par le CRIP et IMS Health, seuls 13% des patients souffrant d’asthme sont observants. Parmi eux, des enfants qui ont souvent du mal à suivre les règles parfois contraignantes de leur traitement.

Pour les aider, Meyko (lauréat de French IoT 2016) a conçu un compagnon connecté qui améliore la prise en charge de leur maladie. Le principe, simple, s’appuie sur un jeu (Meyko est content ou triste selon que le traitement a été pris ou pas) qui motive les enfants et implique les parents (des notifications les informent à chaque prise). Depuis sa mise sur le marché, il cumule les récompenses, comme le Prix européen de l’innovation en e-santé 2017 ou celui du Salon des pharmaciens 2019.

>>> Lire aussi : L’IoT en santé, « un univers en voie de consolidation »

Double numérique

Dernière arrivée sur le marché, ExactCure pourrait bien changer la donne dans le domaine des applications d’observance. Lauréate du programme French IoT cette année, la start-up basée à Nice est capable de créer un « clone » digital du patient et de simuler les effets de la prise de médicaments sur lui.

Ce diagnostic personnalisé est possible grâce à des algorithmes qui agrègent les données personnelles de l’utilisateur (taille, habitudes alimentaires, etc.) pour créer un modèle de son organisme. Principal avantage : le patient peut anticiper les effets de son traitement pour bien programmer sa journée. Il peut également renseigner précisément des effets indésirables éventuels et les partager avec médecins et pharmaciens, afin d’adapter son traitement.

Actuellement en phase de test, l’application devrait être disponible très prochainement.

French IoT – Illustration Shutterstock.com

Partager