Nos ordinateurs, source de production d’énergie
Insights

Nos ordinateurs, source de production d’énergie

Le rôle du secteur numérique (10% de la consommation mondiale) dans le gaspillage énergétique est souvent pointé du doigt. Pourtant, ordinateurs, processeurs et data centers peuvent aussi constituer une solution au problème.

C’est le paradoxe du numérique : souvent pensée pour réduire l’impact écologique, la production massive et exponentielle de données génère d’importantes consommations d’énergie. La faute à des serveurs en surchauffe qu’il faut à la fois alimenter en électricité et refroidir dans des salles climatisées. Cette situation a amené Christophe Perron à penser le projet de Stimergy : « J’étais responsable des serveurs dans une start-up et, un jour, la climatisation est tombée en panne. Quand je suis entré dans le data center, il faisait plus de 40 degrés. J’ai pensé que c’était absurde de rafraichir l’endroit plutôt que d’utiliser cette chaleur. »

Chauffer des logements ou une piscine

Stimergy propose une « chaudière numérique » constituée de serveurs immergés dans de l’huile. Ces armoires transfèrent ensuite leur chaleur au réseau d’eau chaude, par l’intermédiaire d’un cumulus en relais. « Notre technologie permet de valoriser 96% de l’énergie dégagée par les serveurs, sans recours à un système de refroidissement », précise Christophe Perron. À la clé, des économies de chaque côté de la chaîne : 60% de réduction de la consommation des services numériques et 30 à 60% de la couverture d’eau chaude fournie au bâtiment (plus performant que l’installation de panneaux solaires thermiques).

L’idée de la start-up n’est pas nouvelle. De grands groupes comme OVH ont déjà tenté l’expérience du réseau de chauffage alimenté par un data center. La singularité de la technologie proposée par Stimergy réside dans sa performance et sa capacité d’adaptation. « Notre service peut concerner une petite résidence de 20 logements comme un bloc de dix chaudières pour une piscine », explique Christophe Perron. Des bâtiments neufs ou rénovés à Nantes, Lille et Paris en sont déjà équipés, tout comme la piscine de la Butte aux Cailles (dans le 13e arrondissement de la capitale).

>>> Lire aussi : Voiture autonome : le vrai du faux

Une énergie de complément

Les appareils informatiques peuvent aussi devenir des systèmes de chauffage au sein des logements. Qarnot Computing a ainsi conçu un radiateur électrique qui se chauffe au calcul informatique grâce à des micro-processeurs intégrés. À Bordeaux, une résidence est déjà équipée de 346 modèles de ces convecteurs nouvelle génération dont la chaleur est totalement gratuite.

Pour autant, difficile d’imaginer un monde alimenté uniquement par l’énergie du numérique. Car, pour Christophe Perron, la chaleur des serveurs doit rester un complément : « Le digital génère de l’énergie toute l’année et ne peut pas se contenter de fonctionner uniquement en hiver. Sans parler de la question des volumes et des matériaux, car construire un serveur a aussi un impact écologique. » Stimergy se présente donc moins comme un fournisseur de solutions énergétiques que comme un hébergeur d’applications numériques. L’an prochain, la start-up devrait d’ailleurs commercialiser son offre d’hébergement zéro carbone afin de permettre à n’importe quel site web d’utiliser les infrastructures délocalisées et responsables qu’elle conçoit.

>>> Aller plus loin : Quand le digital simplifie les démarches administratives

French IoT – Illustration Shutterstock

Partager