« L’IoT rentre dans sa phase de rationalisation »
Avis d'expert

« L’IoT rentre dans sa phase de rationalisation »

Fin octobre, l’Acsel plaçait la deuxième édition de son Forum de l’IoT, la vie connectée sous les auspices du « temps des changements ». Après des années d’effervescence, le marché des objets connectés est en effet confronté à des transformations majeures (enjeux écologiques, développement de l’intelligence artificielle, etc.) dont il est encore difficile d’évaluer l’impact.

Benoît Régent, directeur du département Change Prospective chez Dentsu Consulting France / Partner, décrypte ces grandes tendances du secteur :

French IoT : En quoi le secteur des objets connectés vit-il une période charnière ?

Benoît Régent : Quand le grand public a découvert la thématique de l’IoT, au milieu des années 2010, nous savions que le marché allait connaître différentes phases. On vient de sortir de la phase « pop corn », celle de l’euphorie où tout le monde se lance en pensant que les objets connectés vont révolutionner le quotidien. Aujourd’hui, le secteur entre dans sa phase de rationalisation. Le sujet a disparu des médias, tout comme les baromètres de satisfaction et le grand public commence à identifier le connecté comme un service haut de gamme qui apporte une plus-value au produit. D’un autre côté, une révolution silencieuse s’opère du côté de l’industrie qui amène à une refonte totale des processus. C’est en cela qu’on peut parler de temps des changements.

>>> Lire aussi : GovTech en France, du potentiel et des freins à lever

Fr.IoT : Aujourd’hui, quels domaines sont les plus impactés par l’émergence des technologies connectées ?

B.R. : L’IoT est devenu un élément essentiel dans la proposition de services, aucun secteur ne peut donc l’ignorer. Ce n’est pas pour rien que nous avons publié, avec Valérie Négrier, un observatoire de la « vie connectée », il y a deux ans. Ces technologies intègrent notre quotidien d’une manière ou d’une autre, si bien que tous les domaines, de la smart city à l’énergie, en passant par la finance, sont impactés. Maintenant, s’il fallait identifier un secteur marquant, je dirai que la santé constitue le marché le plus dynamique pour les objets connectés, sans doute parce qu’il concerne tout le monde, quel que soit le continent.

« La 5G, l’IA, la blockchain et l’edge computing sont les technologies incontournables de l’IoT »

Fr.IoT : Y a-t-il des technologies qui sont appelées à se développer plus que d’autres ?

B.R. : Selon moi, il existe quatre technologies incontournables pour les objets connectés : la 5G, qui est taillée pour permettre la communication entre les objets, l’intelligence artificielle, la blockchain et l’edge computing, qui permet de traiter les données en local, à la périphérie du réseau. Pour avoir une vision globale de l’évolution du secteur, il faut aussi croiser cela avec des enjeux majeurs comme la sécurité, la protection des données personnelles, l’éthique et, surtout, un thème essentiel, qui sera sans doute au cœur des préoccupations en 2020 : la responsabilité écologique.

Fr.IoT : On parle justement beaucoup de « Tech for good » ou de « slow tech ». Est-ce, selon vous, le défi de demain pour le secteur IoT ?

B.R. : Non, pour moi le thème fondamental demeure la confiance. Regardez les dernières études de la fédération Consumers International et de l’Internet society : 71% des Français sont effrayés par leur smartphone et la façon dont il récolte leurs données. Et, contrairement à ce qu’on pense, la France n’est même pas le pays le plus concerné par ces questions. Le Royaume-Uni ou l’Australie sont encore plus préoccupés. Qu’on le veuille ou non, la technologie fait encore peur, autant qu’elle séduit. Ceux qui feront la différence sont les entrepreneurs qui possèdent une vision de progrès et qui mettront l’innovation au service de l’amélioration de la vie du consommateur.

>>> Aller plus loin : Les Civic Tech « créent du lien entre population et institutions »

French IoT – Illustration Shutterstock.com

Partager