Les seniors séduits par l’IoT dans la santé ?
SILVER ECO
Insights

Les seniors séduits par l’IoT dans la santé ?

Une étude menée par l’Institut Français des Seniors*, se penche sur le rapport des séniors à la e-santé.

Les trois quarts des seniors de plus de 50 ans ont déjà entendu parler des objets connectés, bien qu’ils ne soient pas encore largement répandus.

La santé est une préoccupation pour tous, particulièrement chez les plus de 70 ans. Parmi les pistes creusées pour faciliter le suivi médical, une attention toute particulière est portée sur les objets connectés et, par extension, l’Internet des Objets (IoT). Entre les piluliers connectés, le carnet de santé numérique ou le médaillon pour alerter en cas de chute, les objets connectés au service des personnes âgées se multiplient. Dans une enquête publiée début mars, l’Institut Français des Seniors a cherché à comprendre le rapport de ces derniers (au sens large, de 50 à 99 ans) à ces objets.

Il en ressort que 77% d’entre eux a déjà entendu parler d’objets de santé connectés, une part qui monte à 80% sur la tranche d’âge 60-69 ans. S’ils se disent convaincus par leur utilité, ils ne sont pas tous prêts à passer à l’acte. Un tiers d’entre eux affirme en avoir déjà utilisé un. Ils semblent y trouver une vraie valeur ajoutée puisque 81% d’entre eux continuent à utiliser cet objet.

Un avis médical qui compte

Près de sept seniors sur dix font confiance au médecin généraliste pour choisir leur objet connecté. Cette confiance est primordiale puisque les données chiffrées sur la santé personnelle doivent être traitées et interprétées par un professionnel. Ainsi 84% des seniors souhaitent communiquer les résultats directement à leur médecin. Pour eux, l’objet connecté de santé est utile seulement s’il est  possible d’interpréter les résultats.

Montres et tensiomètres en tête

En ce qui concerne les objets les plus utilisés, les bracelets et montres mesurant le rythme cardiaque sont préférés par 71% des seniors. Ils sont aussi nombreux à apprécier le tensiomètre connecté qui évite un déplacement chez le médecin. En revanche, la brosse à dents connectée n’a pas su convaincre : ils sont très peu, 21%, à percevoir son intérêt.

Et quand on demande à ces seniors ce qu’ils attendent des futurs objets connectés, ils sont tous d’accord pour favoriser davantage la prévention des accidents de santé et une aide au maintien à domicile. Enfin, ils considèrent que le prix des objets connectés est une contrainte qu’ils suggèrent de lever grâce à un remboursement de la part des assurances maladies ou de la Sécurité sociale.

Marine Couderette – © Robert Kneschke – Fotolia.com

*« Perception et utilisation des objets connectés par les seniors », enquête réalisée par l’Institut Français des Seniors, entre le 9 et le 28 mars 2016.

Partager