« Le recrutement, première difficulté des start-up »
Start-up attitude

« Le recrutement, première difficulté des start-up »

Le Meilleur développeur de France va être désigné ce jeudi à La Défense, alors que la question du recrutement devient cruciale pour un secteur du numérique en pleine croissance.

La situation peut sembler paradoxale, mais elle est bien réelle. Si les start-up n’ont jamais généré autant de revenus (6,6 milliards d’euros, soit une augmentation de 20% selon le baromètre EY / France Digitale), elles font aussi face à un problème de recrutement majeur. Pôle emploi estimait ainsi, en 2018, qu’il existait près de 80 000 emplois vacants sur l’ensemble du secteur digital.

Pour Rémi Ferrand, délégué général de l’association Talents du Numérique, « le recrutement est la première difficulté que rencontrent les start-up actuellement. C’est un problème d’autant plus prégnant que le manque de compétences dans certains domaines constitue un au développement sur le marché intérieur et à l’international. »

>>> Lire aussi : « Nos start-up attirent les profils internationaux »

Expertise technique et « soft skills »

Les deux principaux secteurs sur lesquels les start-up ont des besoins sont le développement commercial et le développement informatique. « Il y a beaucoup de demandes sur les postes de développeur d’un côté, et d’ingénieur commercial de l’autre. La partie technique reste très importante pour les start-up. Le segment commercial répond quant à lui à la nécessité de se projeter rapidement sur le marché pour devenir leader de son métier », explique Rémi Ferrand. En 2018, toujours selon le baromètre EY, près de six start-up sur dix cherchaient à recruter sur des postes de vente et de marketing.

Au-delà des secteurs, l’autre axe de recrutement reste la quête de profils très qualifiés. « Les start-up sont tournées vers le marché international, car le marché français est trop restreint. Elles cherchent donc des profils pluridisciplinaires, avec des compétences linguistiques, mais sont également très attentives aux soft skills des candidats », précise Rémi Ferrand. Adhésion au projet, autonomie, capacité à travailler en équipe : les jeunes pousses ne misent plus seulement sur la technique, elles cherchent aussi des personnalités singulières. De quoi générer quelques difficultés dans un contexte de pénurie.

Rendre le numérique attractif

Comment, dès lors, se doter de ces profils quand les candidats manquent cruellement ? « Il y a un vrai travail à faire sur l’attractivité du numérique. Quand on interroge les jeunes sur notre secteur, ils ont une image assez négative et n’envisagent pas de travailler dans ce domaine. Ils s’arrêtent encore au cliché du « geek » alors que dans le numérique, on fonctionne en mode équipe et projet, ce qui nécessite des compétences humaines », analyse Rémi Ferrand.

Une étude réalisée par Talents du Numérique en 2017 auprès des lycéens a d’ailleurs montré que 60% des élèves ne souhaitaient pas se diriger vers des métiers liés à l’informatique. Une difficulté particulièrement prégnante pour le public féminin, on ne trouve ainsi que 33% de femmes dans le secteur (contre plus de 50% dans l’ensemble de l’économie) et seulement 15 à 20% dans les fonctions techniques. Autant de chantiers primordiaux pour permettre l’essor des start-up de demain.

>>> Aller plus loin : Start-up et réseaux sociaux : les conseils d’un expert pour bien se lancer

French IoT – Illustration Shutterstock.com

Partager