Le marché de la maison intelligente va-t-il décoller définitivement ?
Insights

Le marché de la maison intelligente va-t-il décoller définitivement ?

Zoom sur les principales tendances de la smart home avec les prévisions de l’institut Gfk. Après des années de croissance, le marché de la maison intelligente continue de fourmiller de nouveautés.

En France, dans un secteur de l’IoT qui pesait 1,1 milliard d’euros en 2018, le segment de la maison intelligente fait figure de locomotive (source : institut GfK). En volume (3,8 millions d’unités vendues) comme en valeur (670 millions d’euros), les objets connectés pour le foyer représentent plus de 50% des ventes, avec une croissance à deux chiffres quelle que soit la catégorie concernée.

« En valeur, le petit et le gros électroménager, comme les frigos et les lave-linges connectés contribuent largement à l’essor du marché. Mais la plus grosse poussée concerne l’entertainment grâce aux enceintes connectés », analyse Miriem Gout, consultante Smart Home pour Gfk. Une différence qui s’explique en partie par le prix des enceintes, revu à la baisse dans un contexte de forte concurrence entre les fabricants.

Simplicité et confort

Les assistants vocaux se font une place importante dans les foyers français grâce à leur promesse de simplifier la vie au quotidien. « C’est la principale attente des consommateurs qui achètent un objet connecté pour leur maison : de la simplicité, du gain de temps et du confort. Il y a aussi une volonté de renforcer la sécurité et de faire des économies, ce que permet, par exemple, un dispositif de chauffage connecté », précise Dalila Oumachiche, consultante Smart Home pour Gfk. Les caméras, volets et autres dispositifs automatisés ont donc de beaux jours devant eux.

Pour autant, il reste encore quelques étapes à franchir. Celle de l’installation, parfois trop complexe et qui constitue encore une des raisons principales de l’abandon d’un objet connecté. Celle de la sécurité, aussi, même si elle recule progressivement : « L’interrogation sur la protection des données demeure encore très présente chez le consommateur français, mais le bénéfice qu’il tire des objets tend à le rassurer sur son achat et à démocratiser la place du connecté dans la maison », poursuit-t-elle.

>>> Lire aussi : Les objets connectés ont leur label de sécurité

Un fort potentiel sur l’électroménager et les réseaux

Demain, le secteur pourrait donc s’enrichir de nouveaux produits, encore rares sur le marché actuel. Le gros électroménager, avec seulement 3 à 5% des modèles connectés, possède un fort potentiel de développement, tandis que le segment des réseaux est amené à se transformer. « Nous voulons toujours plus de connecté dans nos vies. Pour cela, il faut de l’interopérabilité afin d’amener tous ces objets à communiquer. On peut donc imaginer que des outils comme les routeurs et les box vont enregistrer des développements majeurs dans l’avenir », souligne Miriem Gout.

En attendant, il y a fort à parier qu’un de ces objets aura une place au pied du sapin : chaque année, le quatrième trimestre est la période la plus faste pour le marché de la smart home.

French IoT – Illustration Shutterstock.com

>>> Aller plus loin : Habitat : ce que les Français attendent du « connecté »

Partager