Avoir un CES Innovation Award, ça change quoi ?
Témoignages
Start-up attitude

Avoir un CES Innovation Award, ça change quoi ?

Une petite fierté, la reconnaissance du travail bien fait, des portes qui s’ouvrent… Cinq start-up French IoT primées au CES racontent « leur » CES Innovation Award.

Chaque année, la Consumer Technology Association (CTA), qui organise le CES de Las Vegas, décerne ses « CES Innovation Awards ». Pour y avoir droit, les start-up (candidates) doivent s’acquitter d’un montant compris, l’an dernier, entre 475 et 1 300 dollars* (entre 385 et 1 053 euros). Elles proposent un objet ou un service connecté qui se distingue au sein de 28 catégories de produits. On parle ici aussi bien d’énergie que de smart home, de robotique ou de cyber-sécurité.

Quant aux critères de choix, ils sont larges. Sont entre autres notés l’ingénierie, l’esthétique et le design du produit ou sa valeur ajoutée.

Le jury est composé, pour chaque catégorie, de trois juges indépendants. Ceux-ci sont désignés parmi les experts internationaux des nouvelles technologies. Deux types d’Innovation Award sont attribués : les « Honoree » (note supérieure à la note fixée dans une catégorie précise) et les « Best of innovation » (meilleure note dans chaque catégorie). Les start-up heureuses élues sont annoncées bien avant le grand show de Vegas, début octobre.

Pas d’argent à la clé, mais une belle exposition médiatique et une attractivité renforcée auprès de l’écosystème.

Cinq start-up French IoT primées

Au total, sur l’édition 2017, 31 start-up françaises ont glané 42 awards. Du côté du concours French IoT, qui va connaître sa quatrième saison cette année, on dénombre cinq lauréats depuis 2015.

Chacun raconte « sa » récompense obtenue au CES :

Pierre Regnier, président de Velco (CES Innovation Award 2018) :

« Beaucoup d’attente sur notre stand grâce à lui »

« Nous avons appris du CTA que nous étions lauréats -dans la catégorie Smart city- fin septembre/début octobre. On a donc pu le dévoiler officiellement lors du CES Unveiled Paris et nous avons reçu le prix en janvier, à Las Vegas.

On a été à la fois heureux et surpris, même si on l’espérait… Résultat, il y a eu beaucoup de temps d’attente sur notre stand au CES, parce qu’il y avait toutes les délégations qui passaient, de grands cadres ou dirigeants d’entreprise. Cela a donc été une source de business en plus pour nous. On n’aurait pas été aussi visibles au CES sans l’Award.

C’est un gage de qualité, de prestige, qui montre qu’on a réussi le bon produit au bon moment. Derrière, ça vient crédibiliser toute l’action commerciale que l’on mène auprès de nos clients et prospects. Il en est fait mention sur le packaging de notre produit et sur nos présentations commerciales, car ça impressionne. Et nos clients sont en recherche d’innovations qui vont leur permettre de gagner de l’argent.

Le trophée, lui, est dans une armoire vitrée au bureau, où on expose tous nos prix. On en a fait un showroom pour nos clients ! »

Julie Leleu, fondatrice de Catspad (CES Innovation Award 2017) :

« A Las Vegas, c’est le Graal »

« Nous avons su que nous étions lauréats juste avant le CES Unveiled Paris, où nous l’avons dévoilé publiquement, en prévision du CES qui avait lieu à Las Vegas en janvier. On a eu tout de suite des relais presse.

Notre équipe s’était beaucoup renseignée auprès des start-up qui l’avaient déjà eu -le concours étant payant- pour savoir quels étaient les retours apportés par un Innovation Award. Ils étaient très positifs, ce qui s’est prouvé par la suite à Las Vegas.

A partir du moment où on a ce totem sur le bureau, ça fait venir énormément de monde sur le stand car c’est le Graal des sociétés les ‘’mieux cotés’’ sur place.

A l’époque, on avait engagé une stratégie pour le CES et une campagne Kickstarter. On était vraiment dans une dynamique BtoC, avec acquisition de clients et de prospects sur le stand. Du coup, grâce  entre autres à l’Innovation Award, nous avons pu réaliser notre objectif de campagne Kickstarter en l’espace de douze heures pour finalement atteindre 300% de notre objectif initial et 90 000 euros de chiffres d’affaires en mois.

Ça permet d’acquérir une notoriété au niveau de la presse et donc du grand public et de générer les premières ventes. C’est une traction globale pour la société.

On a une belle cheminée toulousaine dans nos nouveaux locaux sur laquelle nous avons posé ce trophée qui a été le coup de boost majeur de notre aventure ces trois dernières années. »

Eric Burkel, responsable de la stratégie et du développement international chez Hydrao (CES Innovation Awards 2016 et 2017) :

« Très important pour le marché américain »

« Nous avons appris que nous avions gagné un Innovation Award par un mail du CTA. Sur le coup, c’est une grande fierté, parce que cela signifie que notre innovation a séduit, son design aussi.

Il nous a apporté une énorme visibilité aussi bien au niveau des médias américains que du reste du monde. Quand on est rentrés du CES 2016, on avait 2 000 pré-commandes sur notre site, alors qu’’on est partis avec zéro !

Cette récompense est très importante, notamment pour le marché américain, où tout le monde connaît le CES et reconnait la valeur de cette distinction. Aujourd’hui encore, dès que l’on évoque l’Innovation Award avec un interlocuteur américain, il a les yeux qui s’écarquillent.

On lui fait donc toujours une place dans notre communication. Si vous regardez la signature de mon email, il y a marqué ‘’CES Innovation Award 2017’’. Ça montre que l’on est à la pointe de l’innovation, en particulier sur notre secteur de l’eau où il n’y en a pas tant que cela.

En France aussi, il revêt une importance de plus en plus grande, notamment depuis que l’on organise un CES Unveiled à Paris.

Le trophée trône dans notre bureau à Grenoble. Il est nettoyé et bien mis en évidence lorsque nous avons des visiteurs. »

Arnaud Duclap, directeur général de Myxyty (CES Innovation Award 2017) :

« On le met en évidence lorsque l’on reçoit des clients »

« Notre Innovation Award nous a mis sur le devant de la scène. Il nous a offert la possibilité ensuite, parmi d’autres facteurs, de signer deux beaux partenariats, l’un avec IBM, l’autre avec Qwant, le moteur de recherche européen.

On met en avant cet Award dans chacun des salons où l’on se rend, parce que c’est quelque chose de reconnu à travers le monde. Je ne sais pas s’il y a eu un effet boule de neige, mais nous avons obtenu derrière pas mal d’autres distinctions, au Mobile World Congress, au Sido…

Il est inclus systématiquement dans notre communication corporate, on le met en évidence lorsque l’on reçoit des clients… Quand vous êtes une start-up, tout ce que vous pouvez mettre en avant, qui vous crédibilise, est intéressant, car vous êtes amené à vous battre avec sociétés plus matures, plus grosses, avec une puissance financière plus importante. Or ce qu’on ne peut pas vous enlever, c’est la partie innovation. Et avoir un Innovation Award au CES, le plus grand salon au monde, automatiquement, ça valide la qualité de l’innovation.

Le trophée est bien en avant dans une vitrine, dans mon bureau. »

Eloïse Emptoz, strategic marketing manager chez Qarnot (Eureka Park Climate Change Innovators Award 2018)

« Une reconnaissance autant qu’un tremplin »

« Nous avons reçu l’Eureka Park Climate Change Innovators Award lors du CES 2018. C’est un prix qui récompense les innovations qui ont le potentiel de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Cela met en avant le côté écologique du projet. Ce prix nous a offert une visibilité incroyable auprès du public et de la presse.

Ça facilite aussi les contacts, c’est une reconnaissance autant qu’un tremplin, c’est une distinction qui reconnaît notre valeur. C’est une récompense à la fois sur l’aspect innovation et sur l’environnement. Chaque fois qu’on parle d’environnement, on met en avant ce prix. »

*source www.abavala.com

Benjamin Hay

Partager