Grands groupes et start-up : les clés d’Alex Osterwalder
Interview
Start-up attitude

Grands groupes et start-up : les clés d’Alex Osterwalder

Pour French IoT, Alex Osterwalder, l’un des experts les plus renommés en matière de business model, livre sa vision de la relation entre jeunes entreprises innovantes et grands groupes.

La relation entre start-up et grands groupes est l’une des clés du développement de l’innovation au sein de l’écosystème de l’Internet des objets. Chacun y apporte ses atouts.

Le Suisse Alex Osterwalder, cofondateur de la société Strategyzer, est également le co-créateur du Business Model Canvas (avec Yves Pigneur), un outil utilisé dans le monde entier en guise de référence pour créer une start-up viable et rentable.

Il détaille pour French IoT quelques-unes des clés de la relation qui unit de plus en plus de start-up et de grandes entreprises.

French IoT : Comment percevez-vous les relations actuelles entre grands groupes et start-up de l’Internet des objets ?

Alex Osterwalder : Dans de nombreux cas, les start-up et les groupes sont concurrents. Cependant, je vois de plus en plus de grands groupes qui s’associent de manière intelligente avec des start-up. Ceci étant dit, il est essentiel que les grandes entreprises apprennent à collaborer avec les plus petites, car leurs modes de fonctionnement sont opposés.

Dans le pire des cas, si le groupe absorbe une trop grande portion de l’activité d’une start-up, la collaboration peut tuer cette dernière. Dans le meilleur des cas, une collaboration peut être bénéfique pour la croissance économique des deux parties.

>>> Lire aussi : « Pour garder l’esprit d’une start-up, il faut être clair sur ses valeurs »

Fr.IoT : Quel est le rôle de chacun dans le processus d’innovation ?

A.O. : Une start-up peut écarter les risques d’une nouvelle idée, et elle peut étudier les possibilités de croissance bien plus rapidement que les grands groupes. Ces derniers sont principalement concentrés à faire tourner leur business, ils n’ont pas la flexibilité nécessaire à étudier rapidement une possibilité de développement.

En revanche, les groupes ont des atouts que les start-up n’ont pas : des clients, une marque, une chaîne logistique performante, de l’expérience etc.
Ils peuvent utiliser ces atouts lors de collaboration productives. Les deux parties doivent partager ce qu’ils savent faire de mieux.

Fr.IoT : Les start-up doivent-elles nécessairement adapter leur business model pour optimiser leur collaboration avec les grands groupes ?

A.O. : Non, ou sinon elles risquent de mourir. L’objectif d’une start-up est de chercher une proposition de valeur qui crée une valeur client et un business model sur lequel elle peut devenir rentable. Tout ce qui dévie de cet objectif est dangereux.

Il n’en est évidemment pas de même pour les start-up qui cherchent à se faire racheter, plutôt que de créer leur business. Elles peuvent adapter leur stratégie en vue d’un potentiel acheteur.

Cependant, c’est une stratégie très risquée.

Objectif pour les start-up : « Trouver un business model rentable »

Fr.IoT : Y’a-t-il, d’ailleurs, un business model « idéal » pour collaborer avec un grand groupe ? 

A.O. : Un business model est un moyen de créer, de délivrer et obtenir plus de valeur client. Une collaboration entre start-up et grand groupe peut aider ou non à atteindre ces objectifs. En fin de compte, il n’y a pas qu’une façon de créer de la valeur.

Au contraire, un des moyens de trouver de nouvelles opportunités de création de valeur réside dans l’innovation.

Fr.IoT : Comment voyez-vous le futur de la relation entre start-up et grands groupes ?

A.O. : Les grands groupes doivent faire grandir leur business, créer des partenariats, acquérir de nouveaux business et développer l’innovation. Pour chaque opportunité de collaboration, ils doivent se poser la question de ce qui est le plus logique. Cela permettra de déterminer la façon idéale de collaborer avec toutes les start-up individuelles.

En règle générale, les grands groupes ont besoin des start-up plus que les start-up ont besoin des grands groupes. Ils ne se sont simplement pas encore rendu compte de ce constat.

Fr.IoT : Quels conseils donneriez-vous aux start-up qui souhaitent s’engager dans une telle relation ?

A.O. : Faites en sorte que votre interlocuteur, le grand groupe, comprenne bien qu’en tant que start-up, votre objectif principal est de trouver un business model qui soit rentable. Votre objectif n’est pas de vous associer coûte que coûte.

>>> Aller plus loin : Business model : de la flexibilité !

Propos recueillis par Benjamin Hay – Illustration Pixabay.com

Partager