Eisox s’attaque aux surconsommations liées aux chauffages dans les bâtiments professionnels
Start-up du mois
Temps forts

Eisox s’attaque aux surconsommations liées aux chauffages dans les bâtiments professionnels

En 2019, le « décret tertiaire » ou « décret rénovation tertiaire » entre en vigueur en France. Il impose aux gestionnaires de bureaux une réduction de leurs consommations énergétiques. Dès 2021, et désormais chaque année, ces derniers devront déclarer leurs consommations visant un objectif : réduire les dépenses énergétiques en vue d’atteindre 30% d’économie d’énergie en 2030.

Pour accompagner ces acteurs dans la transition énergétique, et plus précisément dans l’optimisation des consommations de leur parc immobilier, nous vous proposons de découvrir Eisox et sa solution intelligente 100% fabriquée en France.

👉 La start-up

Eisox, c’est avant tout une histoire de famille. Initié en 2013 par Joël Chotard, le père, et Maxence Chotard, le fils, la start-up angevine conçoit une tête thermostatique intelligente qui s’installe sur les radiateurs à eau chaude des bâtiments professionnels. Véritable solution d’efficacité énergétique, elle permet de réduire de 40% en moyenne la consommation d’énergie des bâtiments. Le tout en offrant des fonctionnalités pour faciliter la gestion technique du chauffage et améliorer le bien-être des occupants.

« Une fois déployées, les têtes thermostatiques analysent en continu les habitudes d’occupation de chaque pièce, pour générer automatiquement les plannings de chauffages. Les bâtiments sont ensuite disponibles sur nos interfaces mobile et web permettant aux inspecteurs techniques l’analyser et le pilotage à distance », explique Maxence Chotard.

Et ce concentré de technologie ne s’arrête pas là. Avec 7 capteurs intégrés, les têtes thermostatiques remontent toutes les 5 minutes les données de chaque pièce (température, qualité de l’air intérieur, humidité, luminosité…) offrant une nouvelle dimension du bâtiment dans l’analyse du confort et du bien-être des occupants.

Aujourd’hui ce sont plus de 2 000 têtes thermostatiques qui sont déployées sur une cinquantaine de bâtiments en France ainsi qu’en Belgique et en Allemagne. 

>>> Lire aussi : Ces start-up qui font la Smart City

🚀 Un modèle éprouvé sur près d’une vingtaine de bâtiments postaux

En 2019, la start-up réalise un premier test sur 4 sites postaux (283 têtes installées) à travers un partenariat avec Poste Immo, foncière et opérateur immobilier du Groupe La Poste. Dès les premiers mois d’installation, des performances allant jusqu’à plus 70% d’économie d’énergie sont constatées. S’en suit alors en 2020 un véritable Tour de France (#EisoxTour) pour équiper près d’une vingtaine de sites sur tout le territoire : bureaux, centres de tri et bureaux de Poste. Ce sont 1300 têtes thermostatiques supplémentaires qui sont installées en quelques mois. « Avec presque 1 TWh consommé chaque année en énergie par les bâtiments postaux, l’objectif de ces installations était de réduire le plus possible nos consommations énergétiques », explique Guilbert-Cholet, responsable Innovation de Poste Immo. « Si depuis les années 2010 le Groupe La Poste a engagé de nombreuses actions rendre performant son parc immobilier, de par la rapidité de son retour sur investissement, Eisox est aujourd’hui une brique supplémentaire, innovante, pour travailler de la façon la plus fine possible sur la consommation de chauffage de nos sites  et être en conformité avec le décret tertiaire», conclut-il.

Les inspecteurs techniques se sont rapidement appropriés les interfaces de gestion Eisox et pilotent en temps réel l’ensemble des installations pour garantir le confort des occupants. « Si un locataire nous contacte car il a trop chaud ou trop froid, on peut tout de suite voir quelle température il fait dans le bureau, régler en un clic et lui expliquer que l’on a fait en sorte de répondre à son besoin », glisse Christophe Leroy, inspecteur technique. « C’est un bonheur à gérer car on a à la fois la vision et la gestion. Ça facilite la vie ! »

>>> Visionner l’interview d’Antony Guilbert Cholet et Christophe Leroy sur la collaboration Eisox

🔥 Et la suite ?

Eisox continue de se développer auprès des acteurs qui ont besoin de répondre aux exigences du décret tertiaire et à l’urgence d’une meilleure performance énergétique de leurs bâtiments. Parmi eux on retrouve les foncières des grands groupes, les bureaux d’études et énergéticiens ou encore les départements et collectivités.Et cette pépite ne compte pas s’arrêter là ! Au-delà de la gestion du chauffage, Eisox souhaite aller plus loin en proposant une plateforme de service offrant plus de fonctionnalités grâce aux données collectées.

« Combiner les têtes thermostatiques intelligentes avec la plateforme Eisox apportera à nos clients une meilleur gestion, visualisation et maintenance de leurs infrastructures. En bref, avoir tout son parc immobilier à portée de clic.»

Maxence Chotard, CEO Eisox

Avec un lancement annoncé en Mars 2021, cette plateforme offrira davantage de fonctionnalités pour simplifier la gestion multi-sites, diagnostiquer précisément les problèmes d’inconfort et apporter une solution concrète. Un volet sera consacré à la maintenance de la solution avec la possibilité de générer des rapports afin de lancer et répertorier les interventions terrain. La plateforme intègrera également une rubrique data visualisation pour tirer toute la puissance des données collectées et permettre aux gestionnaire de bénéficier d’éléments cruciaux pour le bien-être et la qualité de vie au travail, à l’heure où tout se redessine avec la crise Covid.

« L’adhésion des inspecteurs techniques de Poste Immo nous a permis de construire une plateforme de services répondant aux réels enjeux et besoins terrain», précise Maxence Chotard. « Nous la développons de manière à ce qu’elle soit intuitive autant pour un chargé d’affaires que pour un technicien ou un directeur d’innovation, mais tout en étant très technique dans le contenu qu’elle apporte ». Véritable écosystème de la performance énergétique, cette plateforme se veut ouverte et permettra d’intégrer facilement les outils existants des clients à travers des API.

La start-up est aussi récemment devenue ambassadrice de la French Proptech à Angers. Affirmant d’autant plus sa volonté de s’ancrer dans son territoire et au sein d’un écosystème riche pour réinvente l’immobilier de demain.  

Partager

Articles similaires

expérience
moderniser un logement grâce aux objets connectés